Chapitre XIX, Altamont, 1

« Il n’y a aucun tableau sur les murs ».

Arg ! Ça commence mal ! Mais on va très vite se rattraper. Il s’agit là de la contrainte “Peintures”, “mur nu” attribuée à ce chapitre.

• • •

« une jungle luxuriante peuplée de singes aux yeux énormes ».

Les Joyeux farceurs du douanier Rousseau ?

Joyeux farceurs par Henri Rousseau, 1906

• • •

« un marigot dans lequel trois éléphants s’ébrouent en s’aspergeant mutuellement ».

Les reflets pachydermiques de Salvador Dali, peut-être :

Cygnes reflétant des éléphants par Salvador Dali, 1937

• • •

« entre une double haie de cipayes agitant des crécelles et des cymbales, s’avance un éléphant richement caparaçonné »

Les Cigares du Pharaon, par Hergé

Wikipédiâtre nous rappelle que « Le terme cipaye désigne un soldat indien ayant servi, à l’époque coloniale, dans une armée occidentale et désigne également un soldat servant actuellement dans l’infanterie au sein des armées indiennes ou du Bangladesh. » 

« avec, sur le front, une bannière rectangulaire à franges et à pompons, frappée d’un cheval ailé rouge ».

Dans le cahier “Allusions & détails” joint à son cahier des charges, Perec a écrit, au paragraphe “La Tempête”, « cheval ailé rouge ch 19 », ladite Tempête étant le tableau-contrainte de ce chapitre. Très bien. Sauf qu’il n’y a pas l’ombre de la queue du moindre cheval ailé rouge dans ce tableau !

La Tempête ou l’orage, de Giorgione, 1505

Le seul animal présent dans cette œuvre est une cigogne perchée sur un toit, que Perec a mentionnée dans le chapitre XII. Alors ? Où se cache cette espèce de Pégase écarlate ? Pour le savoir, penchons-nous sur l’histoire de ce canasson volant. Pégase naquit de la Gorgone Méduse, lorsqu’elle eut la tête tranchée par Persée. D’où le sang, la couleur rouge. Plus tard, Pégase porta le tonnerre et les éclairs de Zeus. D’où l’orage, et le tableau de Giorgione avec l’éclair au loin dans le ciel au-dessus de la cigogne. Cékuheffedé !

Détail

Sauf que tout de même, aucun cheval ailé ne parcourt ce chapitre. Consolons-nous en contemplant un Pégase version Mobiloil, qui a peut-être traversé l’esprit de Perec :

• • •

« devant eux, à l’orée de la jungle, à demi sorti d’un sous-bois, un fauve aplati s’apprête à bondir ».

Surpris ! par Henri Rousseau, 1891

Les Cigares du Pharaon, par Hergé

• • •

« c’est un nègre en pied, au large sourire, vaguement contorsionné : il est vêtu d’un ample ciré écossais à dominantes rouges, porte des gants blancs, des lunettes à monture d’acier et un chapeau haut-de-forme décoré de “stars and stripes” (…) Sa main gauche est tendue, la droite agrippe le pommeau d’une canne ».

Oncle Picsou (Uncle Scrooge),
créé en 1947 par Carl Barks pour les studios Disney

• • •

« Quand on pose une pièce de monnaie sur la paume tendue, le bras se relève et la pièce est inexorablement avalée ».

Cast Iron Stump Speaker Mechanical Bank
par Shepard Hardware Co., vers 1886

Uncle Sam Mechanical Bank
par Shepard Hardware Co., vers 1886

• • •

« un roman sur la couverture duquel une femme presque nue couchée dans un hamac, un long fume-cigarette aux lèvres, pointe négligemment un petit revolver à crosse de nacre en direction du lecteur : »

Ce roman n’existe pas, mais on peut trouver des tas de couvertures de romans policiers dans ce genre :

• • •

« Dans “La Souricière”, le dernier roman de Paul Whitney ».

Dans la Souricière (The Trap) est un film de Norman Panama. La Souricière (The Mousetrap) est le titre d’une pièce de théâtre d’Agatha Christie.

Dans la Souricière
de Norman Panama, 1959

•••

« “L’Homme à l’imperméable” ».

L’Homme à l’imperméable
de Julien Duvivier, 1956
Scénario et adaptation de René Barjavel et Julien Duvivier
d’après le roman de James Hadley Chase, Partie fine

Singes, éléphants, tigres, cheval ailé, banquier mécanique et romans policiers, tel était le contenu iconographique de ce chapitre !

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laviemodedemploi.alainkorkos.fr/trackback/123

Fil des commentaires de ce billet