Chapitre LIII, Winckler, 3

« trois hommes vêtus de noir dans une antichambre ».

Revoilà nos trois hommes, déjà croisés aux chapitres VIII et XXXIII.

• • •

« une photographie retouchée ».

Contrainte “Peintures” “photos” de ce chapitre : satisfaite !

• • •

« dans une barque, deux tout petits personnages vêtus de blanc ».

Il s’agit là d’un minuscule détail du Saint Jérôme d’Antonello, tableau-contrainte de ce chapitre (la scène est visible par la fenêtre de gauche) :

Saint Jérôme dans son cabinet de travail
par Antonello de Messine, vers 1460
National Gallery, Londres

Détail

• • •

« un paysage énigmatique où, sous un ciel auroral (…) un nid, vide, était posé. »

Ce paysage est issu du Naufrage du stade Odradek de Harry Mathews (Odradek est un objet bizarre inventé par Kafka dans sa nouvelle Le souci d’un père de famille.)

• • •

« le paquet de cigarettes “Athletic” avec le sprinter au maillot blanc rayé de bleu portant un dssard avec le numéro 39 écrit en rouge ».

Un tel paquet de cigarettes a-t-il existé ? Ce n’est pas impossible, tant il est vrai que pendant de longues années, les cigarettiers utilisèrent le sport pour vendre leur poison. Quatre exemples :

• • •

«  à Marseille, dans un café de la rue Bleue (…). Elle portait un tailleur gris et un ciré noir serré à la taille par une large ceinture. Elle avait dix-neuf ans (…). Le patron du café (…) surveillait d’un œil soupçonneux un militaire ».

S’il est vrai que ce paragraphe répond à six contraintes du Cahier des charges (voir par là), on peut aussi y reconnaître la description d’une scène du Quai des brumes de Marcel Carné (1938) : 

Le film, avec Jean Gabin et Michèle Morgan en vedettes, est l’adaptation par Jacques Prévert d’un roman de Pierre Mac Orlan. Au-delà de l’aspect purement visuel, la situation décrite par Perec suit d’assez près celle des personnages du Quai des brumes : un militaire revenant d’Afrique et une jeune fille perdue dans un bar d’une ville portuaire. (On pourrait également faire des rapprochements avec certains détails concernant les personnages du roman qui ne figurent pas dans le film.)

• • •

« un jeune homme au visage un peu mièvre, vu de trois quarts, perruque poudrée, veste noire, jilet jaune, cravate de dentelle blanche, qui se tient, un coude appuyé, sur une cheminée de marbre (…) ; une jeune femme (…), une perruque poudrée avec un ruban roe et une rose, et un fichu de mousseline blanche largement décolleté ».

Ces deux personnages semblent issus de la peinture française ou anglaise du XVIIIe siècle, Boucher, Reynolds ou encore Gainsborough. Voici deux œuvres non pas fidèles à la description de Perec, mais approchantes.

Frederick Howard, 5e comte de Carlisle
par Sir Joshua Reynolds, 1769

Madame Bergeret
par Francois Boucher, 1747

• • •

« des expositions boulevard Haussmann, avenue de Messine ».

On pense à Antonello de Messine, auteur du tableau-contrainte Saint Jérôme dans son cabinet de travailet du Condottiere dont il fut question dans le chapitre précédent.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laviemodedemploi.alainkorkos.fr/trackback/163

Fil des commentaires de ce billet