Chapitre LXXXVIII, Altamont, 5

« deux tableaux signés de J. T. Maston ».

J. T. Maston est un personnage de Jules Verne qui figure dans De la Terre à la Lune.

• • •

« le premier, intitulé “l’Apothicaire” (…), le second, “le Naturaliste” ».

Cette paire de tableaux fait penser au Géographe et à L’Astronome de Vermeer. L’Apothicaire renvoie toutefois à L’Apothicaire de Tunis, œuvre fictive attribuée par Perec à Jean-Léon Gérôme, dans son Cabinet d’amateur. La description du Naturaliste est, quant à elle, issue de De la Terre à la Lune de Jules Verne.

• • •

« une tapisserie (…) représente très vraisemblablement les Rois Mages ».

Perec avait prévu de remplacer Le Chariot de foin, tableau-contrainte de ce chapitre, par L’Adoration des Mages du même Bosch. Les mages qu’il décrit n’ont toutefois pas grand-chose à voir avec ceux de Bosch.

L’Adoration des Mages
de Jérôme Bosch, vers 1495

Car là encore, nous avons affaire à une sorte de collage, de compilation. L’un des mages …

… « tient dans la main gauche une sorte de drageoir ».

Il fut question, au chapitre LXXIII, de cet objet qui figure dans Le Prêteur et sa femme de Metsys :

Détail du Prêteur et sa femme
par Quentin Metsys, 1514
musée du Louvre, Paris

Ce roi mage possède en outre…

… « des cheveux noirs et est coiffé d’un curieux chapeau orné d’un médaillon, tenant à la fois du béret, du tricorne, de la couronne et du bonnet ».

Nous nous retrouvons maintenant avec Les Ambassadeurs de Hans Holbein ! Jean de Dinteville porte en effet le chapeau orné d’un médaillon rappelant un béret, pendant que celui de Georges de Selve a bel et bien une allure de tricorne :

Détails des Ambassadeurs Jean de Dinteville et Georges de Selve
par Hans Holbein, 1533
National Gallery, Londres

• • •

« Le Village lilliputien”, un livre d’enfants sur la couverture duquel on voit quelques maisons miniature ».

Ce village lilliputien censé être un livre pour enfants ressort de la contrainte Cristal qui songe (roman de science-fiction de Theodor Sturgeon) attribuée à ce chapitre. Point d’image, donc.

• • •

« deux fac-similés de textes médiévaux ».

Ici est satisfaite la contrainte “Peintures” “reproduction” attribuée à ce chapitre.

• • •

« deux danseuses (…) font des exercices à la barre sous la direction de leur professeur (…) tenant dans sa main gauche une haute canne à pommeau d’argent ».

Nous retrouvons encore une fois Degas, dans le foyer de la danse à l’Opéra de la rue Le Peletier :

Le Foyer de la danse à l’Opéra de la rue Le Peletier
par Edgar Degas, 1872

• • •

« un cinéma qui s’appelait évidemment The Odeon ».

Les cinémas Odeon forment une chaîne de cinémas britannique créée en 1928, à l’architecture Art Déco aisément reconnaissable.

Un cinéma Odeon à Londres,
celui du 419-427 Holloway Road

• • •

« une énième histoire d’officiers de la R.A.F. s’évadant d’un oflag en creusant un tunnel ».

Il s’agit évidemment de La Grande Évasion de John Sturges (1963), avec Steve McQueen.

• • •

« un film dont tu m’avais parlé, “Les Chaussons rouges”, de Michael Powell, avec Moira Shearer et une chorégraphie de Léonide Massine ».

“Les Chaussons rouges”
de Michael Powell, 1948

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laviemodedemploi.alainkorkos.fr/trackback/202

Fil des commentaires de ce billet