Chapitre XCVI, Dinteville, 3

« Au pied du lit il y a des mules à semelles de bois ».

Ces chaussures de bois traînent par terre au pied des Arnolfini de Van Eyck, tableau-contrainte de ce chapitre.

Le portrait des époux Arnolfini
par Jan van Eyck, 1434
National Gallery, Londres

Détail

• • •

« un tableau signé D. Bidou : il représente une toute jeune fille allongée à plat ventre dans une prairie, elle écosse des petits pois ».

La contrainte “Peintures” “tableau” de ce chapitre est ici satisfaite. Il n’exista pas de peintre nommé D. Bidou. Mais il y eut, en revanche, un peintre nommé Henry Bidou. Lequel fut surtout historien mais aussi géographe, critique littéraire, critique d’art, musicographe, poète et enfin journaliste, basé à Vichy pour le quotidien collaborationniste Paris-Soir. Si les écrits historiques dudit Bidou se trouvent aisément, sa production picturale a sombré dans l’oubli.

That’s all, folks!

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://laviemodedemploi.alainkorkos.fr/trackback/213

Fil des commentaires de ce billet